Des effectifs scolaires en baisse

Contrairement à ce que l’on observe dans les établissements situés en dehors de ces quartiers, le rapport constate une baisse du nombre des effectifs scolaires du secondaire en ZUS en 2009-2010. En effet, à la rentrée 2009, 381 103 élèves étaient scolarisés dans le secondaire en ZUS, soit « une diminution de 2,2 % en un an et de 12,2 % en cinq ans ». A titre de comparaison, le rapport souligne qu’ « en dehors des ZUS, et pour la première fois à la rentrée 2009, le nombre global d’élèves du secondaire a progressé très légèrement (+ 0,1 %, soit 4 174 élèves supplémentaires par rapport à la rentrée 2008) ». Si les établissements de ZUS semblent globalement attirer moins d’élèves, quels sont les établissements de ces zones les moins attractifs ?

Les lycées professionnels et les collèges plus touchés

Pour les Lycées généraux et technologiques de ZUS, la diminution du nombre d’élèves est assez modeste sur cinq ans avec – 6,1 %. En revanche la chute des effectifs scolaires des lycées professionnels et des collèges est beaucoup plus marquée. Elle atteint respectivement – 11,4 % et – 15,3 %.

Le rapport avance deux explications à ce phénomène. Tout d’abord la population des moins de 20 ans continuerait de diminuer en ZUS. L’assouplissement de la carte scolaire, depuis 2007, est également pointé du doigt : « cette baisse pourrait traduire des stratégies d’évitements des collèges en ZUS ».

En mars 2010, une enquête menée par le SNPDEN auprès de 2758 établissements soulignait déjà ce phénomène.

Le nombre d’établissements dans les ZUS lui aussi en baisse

L’évolution du nombre d’établissements publics du secondaire implantés en ZUS suit la tendance des effectifs dans ces zones. En cinq ans le nombre de ces établissements a sensiblement diminué, « passant de 708 établissements en 2004-2005 à 688 en 2009-2010 ». Cela constitue une baisse de 2,8 % en 5 ans. Dans le même temps, en dehors des ZUS, le nombre d’établissements est resté stable ou a légèrement progressé.

Le nombre d’élèves par professeur en question

En cinq ans, le nombre de professeurs des collèges a diminué deux fois plus rapidement en ZUS qu’en dehors de ces quartiers (- 12,3 % contre – 5,3 % dans les zones hors ZUS). En calculant le ratio par nombre d’élèves, le rapport conclut cependant que « l’évolution du nombre d’élèves de collèges par enseignant reste favorable, en moyenne, aux collèges situés en ZUS. On compte ainsi en moyenne, 13,2 élèves par professeur pour l’ensemble des collèges de ces quartiers contre 14,7 dans ceux situés à l’extérieur ». Le rapport souligne toutefois que le fait que ces efforts sont justifiés par « une population scolaire toujours plus défavorisée en ZUS qu’en dehors de ces quartiers ».

 

Moins de mixité sociale face à des enseignants plus jeunes

Le rapport apporte des éléments sociologiques instructifs sur la composition de ces établissements.

Il constate tout d’abord que la structure sociale des populations scolaires diffère selon la localisation des établissements. « Dans les établissements hors ZUS la mixité sociale est plus présente en moyenne, alors que dans les établissements en ZUS, les classes sociales plus défavorisées restent majoritaires, reflétant les caractéristiques des populations vivant dans ces quartiers ». A titre explicatif, le rapport avance l’assouplissement de la carte scolaire qui « a pu inciter davantage de classes « moyennes » ou « favorisées » à scolariser leur(s) enfant(s) dans un établissement qu’ils jugent plus huppé que celui correspondant à leur secteur ». Sans grande surprise, les élèves de ZUS s’orientent davantage vers la voie professionnelle que ceux hors zones sensibles : 26,7 % contre 19,9 %.

Concernant la population enseignante, les établissements en ZUS comportent une part plus importante d’enseignants de moins de 30 ans, avec 19,9 % d’entre eux en ZUS contre 13,4 % en dehors de ces zones.

 

Autant d’éléments qui s’ajoutent à la réflexion sur les conséquences de l’assouplissement de la carte scolaire et sur l’orientation des politiques éducatives dans les ZUS.