Des exercices « attentat-intrusion » perfectibles

Le rapport 2016 de l’Observatoire national de la Sécurité et de l’Accessibilité des établissements d’enseignement publié en mars 2017 a dressé un premier bilan des exercices « attentat-intrusion ».

Il traduit « une véritable prise de conscience et une volonté de bien faire », mais « ces exercices, dont l’utilité et le bien-fondé n’ont été remis en question par aucun répondant, semblent délicats à mettre en œuvre pour le moment car nouveaux ». Le rapport souligne notamment des défaillances dans la chaîne d’alerte. « La préoccupation principale des établissements concerne le signal d’alerte interne en cas d’attentat-intrusion », explique le rapport. Selon ce rapport, deux tiers des établissements ne disposent pas d’un signal spécifique audible et déclenchable par tous, comme le demandait l’instruction du 29 juillet 2016. Faute d’investissement des collectivités locales, écoles et établissements ont trouvé des alternatives : coups de sifflet, sonnerie plus longue, etc. Le rapport montre par ailleurs des insuffisances de la chaîne d’alerte par SMS. Dans l’académie de Rouen seuls 40% des établissements auraient réceptionné le SMS lancé par le  rectorat.

Un besoin de renfort humain

La surveillance des entrées et sorties, mais aussi des abords de l’établissement, semble être la consigne la plus difficile à mettre en œuvre. Pour Francette Popineau, secrétaire générale du SNUipp-FSU, la surveillance aux alentours de l’école par le personnel de l’établissement est « absolument impossible sans une aide extérieure ». Dans le cas de l’école primaire, elle explique que les directeurs d’école sont souvent enseignants. Ils ne peuvent donc pas à la fois gérer l’école, surveiller les locaux et enseigner (source : France Inter). Suite à la fusillade de Grasse en mars 2017, Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN, demandait la présence de vigiles devant les collèges et lycées en rappelant que les établissements ne disposent d’aucun personnel de sécurité (en savoir plus). L’un des enjeux de la sécurisation des établissements scolaires est d’éviter la présence d’élèves en grand nombre sur la voie publique. Au lycée, plusieurs chefs d’établissement ont autorisé les élèves à fumer au sein des locaux dans un espace spécifique, mettant alors de côté la loi Evin.

Rappel : sécurité aux abords de l’établissement, qui est responsable ?
Dans le premier degré, elle est assurée par le maire, conformément aux pouvoirs de police qui lui sont conférés. Le maire peut, à ce titre, réguler voire interdire la circulation et le stationnement des véhicules à ses abords.

Dans le second degré, le chef d’établissement, représentant de l’Etat au sein de l’établissement, et le maire peuvent prendre toute disposition pour assurer la sécurité des personnes et des biens (article R. 421-10 du CE). S’il y a urgence, le chef d’établissement peut interdire l’accès au bâtiment à toute personne relevant ou non de l’établissement (article R. 421-12 du CE) mais il doit en informer le conseil d’administration et en rendre compte aux autorités.

La configuration des locaux en question

La simple architecture des bâtiments complique la mise en œuvre des consignes de sécurité. Les établissements du second degré et les écoles rurales ouvertes sur l’extérieur sont particulièrement difficiles à sécuriser.

64% des chefs d’établissement déclarent que la configuration des locaux ne va pas dans le sens des mesures de sécurité, selon une enquête du SNPDEN de mars 2017 (en savoir plus). Les lycées sont particulièrement concernés : ceux construits entre la fin des années 50 et le début des années 90, ont été bâtis comme des campus américains, avec des kilomètres d’enceintes. Plus les locaux sont compacts, plus il est facile de les sécuriser. Les écoles rurales adaptent les mesures de sécurité à la configuration des locaux (retrouvez le témoignage d’un directeur d’une école de Meurthe-et-Moselle).

Ces nouvelles mesures de sécurité s’installent dans les pratiques. Même si elles sont perfectibles, l’enjeu est de mettre en place une culture de la sécurité avec des réflexes.

Les ressources en ligne

Sécurité des écoles, des collèges et des lycées : nouvelles mesures 2017

Consignes de sécurité et infographies

Guide des directeurs d’école

Sécurité des écoles : spécificités liées aux élèves les plus jeunes 

Guide des chefs d’établissement

Guide plan Vigipirate

Guide pratique des maires et des présidents d’intercommunalité

Bulletin officiel – mise à jour du PPMS « attentat-intrusion »

Bulletin officiel – fiche pratique exercice « attentat-intrusion »

Bulletin officiel – fiche pratique alarme « attentat-intrusion »

Bulletin officiel – aide au diagnostic de mise en sûreté