La laïcité au quotidien : entretien avec Régis Debray et Didier Leschi

Mise en ligne le 20 mai 2016 | Mise à jour le 25 mai 2016

Dans leur ouvrage, le philosophe Régis Debray et Didier Leschi, préfet et ancien Chef du bureau central des Cultes au ministère de l'Intérieur, décryptent des cas pratiques comme le port de la jupe longue et le menu des cantines scolaires.

Comment définir la laïcité ?

« Les débats autour de la laïcité montrent qu’il n’y a pas de définition juridique stabilisée »,
explique Didier Leschi. « La laïcité est devenue un mot-valise : la seule façon de lui redonner du sens est de commencer par la pratique », ajoute Régis Debray. Dans leur ouvrage La laïcité au quotidien (Folio), Régis Debray et Didier Leschi analysent 38 cas pratiques portant notamment sur la jupe longue et la cantine scolaire. « Lors de ce moment de fraternité essentiel, il convient de ne pas séparer les enfants en fonction des menus », soulignent les auteurs. 

 

Comment la mettre en œuvre ?

Régis Debray insiste sur le fait que « des excès de zèle sur la laïcité veulent en faire une arme de guerre alors qu’elle est une arme de paix ». « La laïcité n’est pas une religion, ce n’est pas non plus l’organisation d'une bataille contre les religions » précise Didier Leschi. Enfin, Régis Debray conclut : « il ne s’agit pas de laïciser la société, ce serait une erreur. Il s’agit simplement de préserver la chose publique de l’intrusion d’impératifs particuliers, et notamment religieux. Faire que la chose publique soit la chose de tous ».

 

Vous pouvez laisser un commentaire sur cet article :

ASL en vidéo