Non. Selon la note de 1999 relative au protocole sur l’organisation des soins et des d’urgences, rien n’indique qu’un enseignant doive monter dans l’ambulance avec un élève évacué suite à un accident scolaire.

Un tel accompagnement de l’élève par un adulte de la communauté éducative ne présente d’ailleurs pas d’utilité sur le plan des décisions d’actes médicaux d’urgence éventuels lors du transport sanitaire, ou, plus tard, dans la structure de soins.

La seule obligation qui revient à l’institution scolaire est de joindre au plus vite les parents ou le représentant légal de l’enfant et de leur signifier la prise en charge de leur enfant par les secours ainsi que l’hôpital dans lequel celui-ci est transporté.

Après consultation du centre de secours des pompiers de Paris, le service documentation de la FAS&USU a obtenu confirmation que les pompiers n’avaient pas de directive nationale les obligeant à faire monter un adulte référent pour le transport d’un enfant mineur. Ils doivent juste s’assurer que les parents ou le représentant légal seront avertis du transport de l’enfant.

Bien sûr la présence de l’enseignant peut s’avérer nécessaire pour rassurer ou calmer un enfant ; aussi faudra-t-il agir au cas par cas.

Référence

Note du 29.12.1999 relative au protocole national sur l’organisation des soins et des urgences dans les établissements scolaires