Il n’existe aucun texte réglementaire qui autorise ou interdise aux enseignant de faire cours ou du soutien scolaire avec un enfant.
Il faut donc appliquer le « principe de précaution » et trouver une solution pour éviter tout isolement pouvant entrainer fausses allégations ou suspicion.
Les textes récents sur l’aide personnalisée ne fixent pas de modalité d’organisation. Ainsi, l’éventualité qu’un enseignant puisse se retrouver seul pour faire du soutien scolaire n’est pas apparu potentiellement probable par les rédacteurs de ces textes.

AVIS DE LA FAS&USU :
Aucune réglementation, certes, donc nécessité de placer l’élève en situation d’apprentissage. Par contre, la prudence incite fortement à ne jamais rester seul avec un élève. En effet il ne faut pas que celui-ci élève puisse accuser son enseignant d’avoir eu des gestes violents et/ou déplacés lorsqu’il n’y avait pas de témoins. La Fédération des Autonomes de Solidarité a dû défendre des collègues en butte à ce type d’accusation. Il est donc recommandé de modifier le mode d’accueil habituel. Des solutions existent : si  plusieurs enseignants se retrouvent dans le même cas, ils se regroupent dans une salle de classe, voire au CDI. Si l’enseignant est seul dans ce cas, il demande à un de ses collègues de l’accueillir lui et son élève dans sa salle de classe. Il peut aussi, selon la configuration des lieux, rester dans sa propre salle, mais la porte reste ouverte et donc à la vue de toute personne circulant dans les couloirs. Il y a également le cas où le règlement intérieur de l’établissement, accepté par les parents, prévoit cette situation et permet d’envoyer l’élève en salle de permanence avec un travail spécifique à réaliser.

Il s’agit là de conjuguer le droit des enfants à recevoir l’enseignement et le droit de faire son métier sereinement, sans être en butte à des accusations mensongères.