Ces deux affaires démontrent, s’il était besoin, la difficulté dans laquelle se trouvent confrontés les professeurs dans les établissements scolaires. Ces derniers devant concilier autorité et compétences pédagogiques pour arriver à exercer convenablement leur métier.

Le rapport de la commission Pochard n’élude pas ce constat lorsqu’il rappelle que « près de deux tiers des enseignants déclarent qu’il leur arrive d’avoir à faire face à l’agressivité des élèves. Les jeunes enseignants de moins de 5 ans d’expérience y sont plus vulnérables et soulignent la fréquence des attitudes agressives des élèves »

54 plaintes de parents contre nos adhérents pour agressions physiques, principalement des gifles à élèves, suite à une escalade d’incivilités ou menaces quotidiennes effectuées par ces mêmes élèves. Peut-on parler d’hémorragie ? L’enseignant brutal est, heureusement, une exception, la quasi-totalité des 54 affaires recensées ci-dessus concernent des enseignants qui réagissent, certainement trop vite, à des actions délibérées de la part d’élèves cherchant manifestement l’affrontement. La FAS et les Autonomes de Solidarité Laïques se positionnent très fortement pour le soutien des personnels mis en cause, tant que ceux-ci n’ont effectué ces gestes, qui même s’ils sont interdits, que dans des circonstances exceptionnelles, pour préserver l’ensemble de leurs élèves et ménager leur autorité.
La véritable réponse à ces questions n’est pas la condamnation systématique de l’enseignant qui réagit mal. Elle se situe nécessairement dans un raisonnement complet sur les conditions d’exercice de ce difficile métier et l’impact négatif sur la relation éducative d’une mise en cause systématique des personnels parfois trop considérés comme « prestataires de service » avant de l’être comme représentants d’une autorité. Sur ce point, le rapport cité plus haut constate que « 95% des enseignants du 1er et second degré estiment qu’ils ont moins de prestige qu’avant aux yeux de l’opinion publique »
Nous travaillons intensément avec l’administration, les parents d’élèves, les personnels, afin de trouver les solutions possibles à des améliorations de ce climat de violence qui se dégradera encore plus si l’on n’y prête pas attention. L’ensemble des militants des Autonomes de Solidarité Laïques se mobilisent sur ces actions.