Première enquête sur la victimation de ce type de personnel, elle vise à nourrir la réflexion autour de la violence à l’école. Ont ainsi été analysées sur l’année 2009-2010 les violences verbales, physiques, les atteintes et dommages aux biens, et la question du harcèlement. Les universitaires Georges Fotinos et Eric Debardieux ont passés au crible 1 542 réponses des personnels de direction  du second degré.

Si le climat des établissements d’enseignement secondaire reste plutôt bon, les violences dont sont victimes les personnels de direction ne sont plus des phénomènes marginaux. Les parents s’attaquent plus facilement à ce personnel que les élèves. Ils sont auteurs de 41 % des insultes, contre 33 % de la part des élèves. Les violences verbales sont les plus répandues alors que les violences physiques et les vols sont rares. Les phénomènes de harcèlement sont montrés du doigt et concernent également les relations entre personnels de direction et professeurs. Un répondant sur 8 dit avoir vécu cette forme particulière de victimation.

Du côté des solutions envisagées, les personnels de direction réclament davantage de personnel pour la surveillance des élèves et le suivi de la scolarité. Ils sont en revanche seulement 3,2 % à souhaiter des mesures techniques de sécurité, de type vidéosurveillance. Ils misent sur les moyens humains pour régler les problèmes de violence.

Les travaux de la Fédération des Autonomes de Solidarité confirment le fait que si les chefs d’établissement sont parmi les personnels les plus exposés aux risques, ils ne sont pas les plus agressés. Les situations répertoriées montrent toutefois des faits récurrents qui rendent la vie professionnelle difficile. 

 

Pour consulter le rapport :

Violence et climat scolaire dans les établissements du second degré en France. Eric Debardieux et Georges Fotinos, Observatoire international de la violence, avril 2011.

 

Pour plus d’informations : 

Syndicat national des personnels de direction de l’Education nationale

Ministère de l’éducation nationale