Biographie

Né à Auxerre en 1833, Paul Bert grandit dans un milieu janséniste et suit un parcours éclectique. Son intérêt pour de nombreux domaines le mène à se questionner sur l’enseignement, qu’il contribue avec Jules Ferry à libérer du joug de l’Eglise. 

Entré à l’école Polytechnique, il est docteur en droit et en médecine. C’est un élève brillant de Claude Bernard et un scientifique reconnu : son nom est associé à la physiologie de la plongée sous-marine. C’est au nom de la science qu’il s’oppose au contrôle de l’école par l’Eglise. Convaincu que l’enseignement doit être indépendant de tout contrôle religieux, il est à l’origine de la loi Laboulaye, qui assure une liberté totale aux professeurs des universités, et de la loi Paul Bert.

Libérer l’enseignement

Lorsqu’il entre en politique, en 1870, sa principale préoccupation est de retirer à l’Eglise le contrôle de la jeunesse, mission qu’il considère comme une œuvre de liberté républicaine. Pour cet homme politique passionné par le savoir, la science et le dogme religieux sont deux systèmes antagonistes. La loi Laboulaye relative à l’enseignement supérieur est l’un des actes politiques qu’il pose dès 1873. Elle est votée par l’Assemblée nationale, connue sous le nom de loi du 12 juillet 1875.

La loi Paul Bert du 9 août 1879 impose la création de l’Ecole normale d’instituteurs(trices). Elle permet la création du certificat d’aptitude au professorat dès 1880. En tant qu’acteur politique, aux côtés de Jules Ferry, il défend le droit des membres de toutes confessions religieuses à l’enseignement qui selon lui ne doit connaître aucune frontière. C’est avec cette même conviction qu’il prendra part à la loi dite « Camille Sée » du 21 décembre 1880 et rendra facultatif l’enseignement religieux dans les classes (article 5).

 

Faire de l’éducation une mission d’Etat

Le 6 décembre 1879, Paul Bert présente l’un de ses plus importants travaux sur l’enseignement à Jules Ferry : il s’agit d’un projet de loi sur l’organisation de l’instruction primaire, visant à réunir plusieurs questions importantes sous une loi unique. Le projet prévoit le remplacement des directeurs départementaux par les préfets, modifie les attributions des Conseils départementaux, et opère une forte amélioration sur le statut des instituteurs. Ces projets aboutissent aux Lois Ferry : les lois du 16 juin 1881 sur les titres de capacité, du 16 juin 1881 sur la gratuité, et du 28 mars 1882 sur l’obligation de scolarité. Il est aussi à l’origine d’une proposition de loi sur l’organisation de l’enseignement, votée en 1884, remaniée par le Sénat en 1886 et devenue la loi du 30 octobre 1886 dite « loi Goblet ».

Bien que très occupé politiquement, Paul Bert écrit articles, brochures et manuels d’enseignement qui rencontreront un grand succès. Il meurt à Hanoï en 1886.

Citations

« L’Ecole c’est notre Eglise laïque à tous »
« Libérer l’Ecole, c’est achever la plus belle des conquêtes de la Révolution française ».

Sources

Sites EVENE ; IFé . Auteurs d’articles : Alain Bataille, Claude Delaselle