Les informations pratiques de votre ASL

Nos émissions

Nos chats live

Suivez-nous

Dès sa création, l’Autonome de Solidarité Laïque a placé au cœur de sa mission la défense de l’École de la République à travers la défense des personnels de l’éducation.

Années 1890

Débuts de l'École de la République

La République déploie des instituteurs sur le territoire sans en assurer une réelle protection. Ceux-ci se regroupent par villes et villages pour aider ceux qui déjà sont confrontés à des risques professionnels.

1903

Création de la première Autonome de Solidarité Laïque

Louis Campan, instituteur, crée la première Autonome de Solidarité Laïque, dans un contexte propice à la liberté d’association (loi de 1901) et alors que le caractère laïc de l’enseignement public a été défini (loi de 1886). Louis Campan diffuse une lettre manuscrite aux premiers Présidents dans laquelle il invite au militantisme de proximité tout en insistant sur la nécessité d’une vision commune d’un projet d’association.

1909

Création de l'Union Solidariste Universitaire

L’Union Solidariste Universitaire (USU) est fondée à Toulouse, en tant que société anonyme d’assurance mutuelle contre les risques de la responsabilité civile. L’USU est ainsi la première mutuelle dans l’Education nationale. Pierre Dupont, un des fondateurs des ASL, en est le premier Président.

1940

Pierre Auriol, sauveur des ASL

Durant la guerre et sous le régime de Vichy, Pierre Auriol, instituteur, sauvegarde l’essentiel des Autonomes de Solidarité Laïques.

1960

Un règlement-type pour les ASL

Un règlement-type en 12 points définit le champ d’intervention de toutes les ASL. Il souligne notamment que « l’appui de l’Autonome n’implique pas obligatoirement la conduite d’une action  judiciaire » et affirme ainsi le rôle de médiation des ASL.

1973

Création de la FAS

La Fédération des Autonomes de Solidarité (FAS) est créée. Son siège est installé à Amiens dans la Somme.

1995

L'informatique au service des adhérents

L’informatisation des données permet de mieux traiter les dossiers des ASL.

2002

Convention avec le ministère de l’Éducation nationale

Une première convention est signée entre le ministère de l’Éducation nationale, représenté par Jack Lang, et la Fédération des Autonomes de Solidarité, représentée par Alain Aymonier. Elle reconnaît l’action des ASL dans « l’aide immédiate aux personnels » et initie un partenariat dans la formation initiale et continue des personnels de l’éducation.

2005

Un nouvel élan

Suite à un audit interne, le Congrès de la Rochelle dresse un bilan de l’action des ASL et donne de nouvelles orientations. L’un de ces enjeux est de réinvestir le champ historique des risques professionnels.

2008

Création de l'Offre Métiers de l'Éducation

L’Autonome de Solidarité Laïque et l’USU concrétisent un partenariat fort avec la MAIF qui conduit à la mise en œuvre de l’Offre Métiers de l’Éducation. Cette offre qui soutient, défend et protège les enseignants et non-enseignants contre les risques du métier est rapidement adoptée par une majorité de personnels.

2012

Nouvelle convention avec le ministère de l’Éducation nationale

Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, signe avec Roger Crucq, Président de la Fédération des Autonomes de Solidarité, une convention de partenariat. Elle reconnaît les ASL et leur Fédération comme un partenaire « en matière de protection des agents de l’Education nationale, et de prévention des risques auxquels ils peuvent être exposés ». Les Autonomes de Solidarité laïques affirment leur projet en 4 axes :
– accompagnement des personnes victimes ;
– observation de l’évolution du climat scolaire ;
– formation au droit qui environne l’acte scolaire des personnels d’éducation ;
– actions vers les pouvoirs publics pour agir sur les textes règlementaires.

2016

Refondation des ASL

Les militants des Autonomes de Solidarité Laïques s’engagent dans un puissant travail de réorganisation de la structure afin de garantir sa pérennité dans un environnement fortement modifié. L’enjeu est de construire un ensemble associatif puissant au service de l’école de la République. Voir le film