« La FAS et l’ADEIC sont des partenaires historiques » : entretien avec leurs Présidents

Mise en ligne le 17 fev. 2017 | Mise à jour le 01 mars 2017

L’ADEIC (Association de Défense, d’Éducation et d’Information du Consommateur) est partenaire de la FAS (Fédération des Autonomes de Solidarité) depuis plus de 30 ans. Les Présidents des deux structures reviennent sur ses enjeux.

 

 

 

Pourquoi un partenariat a-t-il été noué entre la FAS et l'ADEIC ?

Patrick Mercier : Historiquement, la FAS est une association constitutive de l’ADEIC, créée en 1983. Nous avons toujours eu des relations très proches. L’ADEIC est une association de consommateurs qui soutient les personnes en position de fragilité et, comme la FAS, elle accompagne les personnes individuellement et donne une dimension sociétale à son action. Nous avons également en commun de privilégier la médiation à la judiciarisation. Environ 83% des dossiers de l’ADEIC sont traités à l’amiable.

Roger Crucq : La Fédération et les Autonomes de Solidarité Laïques sont attachées à aider leurs adhérents face aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur vie professionnelle, ce qu’elles font avec la MAIF, mais aussi, et c’est l’objet de la convention associative de solidarité, dans des domaines de la vie privée. Les militants n’ont pas toujours les réponses à toutes les problématiques posées par les adhérents, mais grâce à nos partenariats, nous sommes au carrefour d’une richesse considérable de solutions. Notre histoire commune avec l’ADEIC s’inscrit dans cette approche du nécessaire rassemblement de nos compétences pour être encore plus efficaces.

 

Quelles sont les valeurs partagées par la FAS et l'ADEIC ?

Roger Crucq : Nos organisations sont nées du même militantisme, celui pour l’école de la République. L’école, par les valeurs qu’elle porte, est la source de l’émancipation. Ce sont ces valeurs que nous partageons, que nous promouvons et pour lesquelles nous nous renforçons en associant nos compétences.

Patrick Mercier : Dans son action, l’ADEIC s’appuie sur la devise républicaine « liberté, égalité, fraternité » qui a plus que jamais un sens !

 

Vous travaillez actuellement sur un projet de convention, quels sont ses enjeux ?

Patrick Mercier : Lorsqu’un adhérent à l’ASL est en situation de fragilité, il peut faire appel à l’ADEIC et inversement. Nous leur proposons une adhésion spécifique à 10 euros au lieu de 35, afin de bénéficier d’une assistance juridique et d’un conseil. Cette convention est en cours de finalisation et renforcera ce partenariat.

Roger Crucq : Cette convention va en effet renforcer le partenariat noué il y a plus de 30 ans et contribuer à le faire connaître ! 

 

Vous pouvez laisser un commentaire sur cet article :

ASL en vidéo