Les risques liés au développement des TIC

Mise en ligne le 23 juin 2014 | Mise à jour le 25 juin 2014

Au fur et à mesure de leur développement, les TIC présentent de nouveaux risques pour les personnels de l’éducation : cyber-harcèlement, usurpation d’identité, insultes ou photos publiées sur Internet à l’insu des personnels, etc. Dans quelle mesure les dangers liés aux TIC augmentent-ils ? Quelles bonnes pratiques adopter face aux risques numériques et comment les prévenir ?


Hausse des préjudices informatiques

Comme le montrent les statistiques annuelles de la Fédération des Autonomes de Solidarité (FAS), les litiges liés aux TIC sont en hausse continue. Ils concernaient 55 dossiers en 2008-2009, contre 195 dossiers en 2012-2013. Il s’agit principalement de propos calomnieux ou humiliants diffusés sur Internet et de la mise en ligne de photos non autorisées. Concernant les réseaux sociaux, le service juridique de la FAS constate une augmentation récente des mises en cause de personnels de l’éducation sur Twitter : de décembre 2013 à juin 2014, une trentaine de dossiers concernant des insultes sur Twitter ont été recensés. Le risque de « défouloir » reste toutefois plus important sur Facebook. L’apparition et le développement de ces risques sont en effet étroitement liés à la croissance des réseaux sociaux et à leurs catégories d’utilisateurs. Ainsi sur Facebook, qui dépasse les 26 millions d’utilisateurs actifs en France, les personnels du 1er degré sont généralement mis en cause par les parents d’élèves, alors que ceux du 2nd degré le sont majoritairement par les élèves.

 

Protection des adhérents mis en cause

Comme l’explique Me Ricchi, avocat-conseil de l’ASL de Haute-Savoie, « l’impact pyschologique des atteintes sur Internet est souvent plus important qu’une atteinte orale ou par lettre car les propos sont largement répandus ». Me Ricchi détaille l’accompagnement de l’adhérent par son ASL et son avocat-conseil :

  • faire une impression d’écran des propos
  • déterminer le caractère pénal de l’infraction
  • intervenir auprès du réseau sur lequel le propos est tenu
  • adresser une lettre comminatoire au coupable présumé.


« L’enseignant est légitime pour demander la protection juridique du fonctionnaire lorsqu’il a été insulté, diffamé ou autre sur Internet », conclut Me Ricchi.

 

Formation aux risques informatiques

Au-delà de la défense des adhérents dans le cadre de l’Offre Métiers de l’Éducation, les ASL dispensent des formations en direction des enseignants et futurs enseignants. Elles visent à prévenir les risques du métier et donner les clefs pour agir face aux situations conflictuelles, notamment en cas de préjudices informatiques. Ces formations sont réalisées dans le cadre de la convention qui lie la FAS au ministère de l'Éducation nationale (lire la convention). 

Les personnels de l’éducation font face à des élèves de plus en plus experts dans l’usage d’Internet et des réseaux sociaux. Alors que les avancées technologiques des TIC et leurs dérives devancent leur régulation, ils doivent être vigilants sur l’usage de ces outils à des fins professionnelles et personnelles.

 

Ressources vidéo

Facebook, espace public ou privé ?
L’usurpation d'identité sur Internet
L’utilisation de ressources Google en classe
Le droit à l’image
Que faire face à l’utilisation de l’image de l’enseignant ?
La diffamation sur Internet
L'enregistrement à l'insu de

 

Outils en ligne

La CNIL propose des fiches et outils pédagogiques pour sécuriser l’utilisation d’Internet dans un espace consacré aux enseignants
Plateforme du ministère de l'Éducation nationale pour agir contre le cyber-harcèlement.

 

 

Vous pouvez laisser un commentaire sur cet article :

ASL en vidéo